Nos liens

La thérapie «First Step», initiée par Monsieur Shai Silberbush de Tel-Aviv, permet aux enfants atteints d’un handicap moteur ou sensoriel d’améliorer de façon significative leur bien-être en leur offrant la possibilité d’acquérir une plus grande autonomie dans leur vie quotidienne.

Après avoir rencontré une maman qui habite à Zurich dont le fils âgé de 6 ans suivait cette thérapie depuis plusieurs mois avec beaucoup de succès, notre as- sociation a fait venir pour quelques jours Shai Silber- bush en Suisse, à Lausanne en février 2011 dans le but que ce dernier rencontre des enfants atteints par l’une ou l’autre maladie rare et qui seraient suscep- tibles de profiter de la méthode First Step.

Après avoir observé chaque enfant pendant deux heures dans différentes situations, Shai Silberbush s’est entretenu durant une heure avec les parents. Il leur a expliqué ce qui pourrait être amélioré et com- ment y parvenir. Six enfants étaient présents et Shai Silberbush a proposé à quatre familles de se rendre à Tel-Aviv afin d’apprendre à intégrer cette théra- pie dans leur vie quotidienne. Pour les deux autres enfants, trop handicapés pour se déplacer, il a été suggéré de faire venir une thérapeute chez eux en Suisse.

En août 2011, cette petite fille a fait ses premiers pas et maintenant elle marche seule.

C’est une thérapie sur mesure, adaptée à chaque enfant en fonction de son handicap et de sa capa- cité de réaction. On ne part pas de l’idée que l’en- fant a un problème, mais qu’il n’a pas encore appris pendant une phase spécifique du développement. Il faut souvent effectuer un pas en arrière pour ensuite mieux évoluer. Un problème de développement est une situation qui se révèle lorsqu’un enfant n’a pas traversé de manière correcte une des étapes fon- damentales du développement par rapport à son âge biologique. Un enfant doit commencer par apprendre à ramper, aller à quatre pattes, s’assoir avant d’apprendre à marcher. Bien entendu, tout cela se fait dans une ambiance chaleureuse au tra- vers de jeux avec les parents. La méthode First Step se différencie des autres méthodes car elle tient compte de plusieurs facteurs : environnement sti- mulant, relation avec les parents, déplacement dans l’espace, fonctionnement musculaire et squelettique et stimulation du système sensoriel.

La première famille est partie à la fin du mois de février 2011 pour une durée de quinze jours. Ils ont travaillé six heures par jour à apprendre des exer- cices à faire avec leur petite fille âgée de cinq ans et demi. A leur retour, ses parents nous ont expliqué comment cette thérapie a changé leurs habitudes familiales. Dès que le réveil sonne le matin, la théra- pie commence et fait partie de tous les mouvements de l’enfant et par conséquent de ceux des parents. Après deux semaines, les parents ont vu des pro- grès réjouissants dans sa façon de se déplacer, sa marche étant beaucoup plus stable.

Une autre famille de Lausanne, partie à Tel-Aviv en mars 2011 pour une semaine, a travaillé avec leur petite fille de cinq ans.

C’est une grande victoire et un énorme bonheur pour les parents. Pour elle, le travail continue et, actuellement, la thérapie est axée sur le langage.

Les parents nous ont confié qu’ils ont vu sa coquille se briser et depuis elle s’est ouverte au monde qui l’entoure. Aujourd’hui, elle semble joyeuse et heureuse de vivre, ce qui n’était pas le cas durant ses premières années de vie, nous racontent les parents.

Une petite fille du canton de Fribourg est partie fin mars 2011. Ce fut une semaine très intense qui a demandé beaucoup d’énergie mais qui a permis à son corps de se tonifier. Les parents ont beaucoup travaillé sur l’indépendance à donner à leur fille.

Une autre petite fille de Genève, âgée de cinq ans et demi, a été suivie par une thérapeute en Suisse pendant les premiers jours du mois d’août 2011.

Durant tout le printemps et l’été 2011, les familles se sont succédé à Tel-Aviv avec leurs enfants pour une semaine et durant l’automne, chaque famille a reçu la visite d’un thérapeute en Suisse, également pour une semaine, afin d’adapter la thérapie au milieu fa- milial. Dans certains cas, une rencontre a été organi- sée dans les instituts fréquentés par les enfants. Les familles ont aussi un suivi une fois par semaine par Skype pour évaluer les résultats qui ont été impres- sionnants dans tous les cas.

Plusieurs thérapeutes en Suisse qui suivent les enfants dans les différents instituts ont été impres- sionnés par la rapidité des résultats obtenus. Nous avons donc organisé en novembre 2011, une ren- contre entre les thérapeutes de Tel-Aviv et les thé- rapeutes suisses, afin de leur faire connaître cette méthode. Depuis, certains d’entre eux ont décidé de travailler avec les enfants qui sont la journée en ins- titut en appliquant les exercices de la méthode First Step, ce qui soulage par ailleurs les parents.

La famille a très bien appliqué la méthode et, eux aussi ont eu la joie de voir leur enfant faire ses premiers pas en janvier 2012.

Au vu des progrès enregistrés, nous avons décidé de continuer de financer cette thérapie pour les six enfants afin de leur apporter le plus d’amélioration possible. Il est vrai que cela représente un coût important, puisque nous finançons non seulement la thérapie elle-même, mais également le voyage pour la famille et la location d’un appartement pour une semaine. De plus, d’autres familles aimeraient aussi que leur enfant en profite car ils en auraient égale- ment besoin.

Notre association recherche sans cesse des fonds pour financer tout ou partie de ces thérapies porteuses d’espoir pour les parents. Voir ses enfants heureux nous récompense de nos efforts et nous encourage à continuer notre lutte quotidienne pour améliorer leur vie et leur préparer un avenir meilleur.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!